• Nos speakers 2018

    Femmes et Hommes

    Après une étape de recherche et de sélection autour de notre thème Retour vers le Futur.... voici la liste des speakers 2018.

  • Les voici :

    Femmes et Hommes d'engagement

    Thibault Prevet

    Si j'avais un Robot ? Le Robot un outil comme les autres

    Thibault Brevet est né à Lyon en 1988. Après des études en ingénierie et physique, il poursuit son parcours académique à l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne où il étudie le design graphique et l’art contemporain.
    Il rejoint en 2012 une unité de recherche en design d’innovation à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne où il entreprend des recherches en design d’interface et d’interaction. Depuis 2014 il développe une pratique indépendante, à la croisée des nouveaux médias numériques et design d’objets qu’il a exposé dans de nombreux lieux et publications internationales.
    En 2017 il fonde AATB, en collaboration avec Andrea Anner, un studio de design explorant les usages créatifs des systèmes robotiques. Le studio est actuellement en résidence à la fondation LUMA à Arles, où différents travaux de recherches en design impliquant des robots industriels sont en développement. L’idée est d’apprivoiser ses outils pour mieux les comprendre et en révéler leur potentiel.

    Serge Le Boulch

    L'habitat intergénérationnel solidaire au cœur de la Cité

    Rien ne destinait Serge Le Boulch qui se voyait trappeur, vétérinaire et comédien à devenir entrepreneur multirécidiviste et le chantre du vivre-ensemble, à tous les âges de la vie.
    Autodidacte, il est recruté à 17 ans par la première entreprise française d’architecture intérieure et de décoration des années 80. Il en devient le Directeur Général Adjoint puis créé sa première société à 30 ans. Pendant 20 ans, il développe sur des pratiques collaboratives, des entreprises qui seront considérées comme faisant partie des fleurons des savoir-faire français en matière d’artisanat d’art.

    Alerté à 50 ans par des études démontrant le retard de la France en matière d’adaptation de la société au vieillissement, Serge lance Récipro-Cité pour apporter des réponses opérationnelles et durables aux enjeux sociaux de la ville d’aujourd’hui et de demain : accompagner le vieillissement des personnes, dynamiser la relation intergénérationnelle et enrayer la baisse du pouvoir d’achat par des pratiques solidaires et participatives.
    http://www.recipro-cite.fr

    Didier Cousin

    Y a-t-il une vie sans Wifi ?

    Après une école d’ingénieur, Didier a démarré sa carrière dans la logistique puis les systèmes automatisés de stockage. Il poursuit en déployant des solutions de radiofréquence dans les ports d’abord puis dans les entrepôts et les magasins. Ce sont les balbutiements de ce qui va devenir le WIFI pour le grand public. Père de 5 enfants aujourd’hui âgés de 26 à 14 ans, il a assisté au déploiement de cette technologie : à l’importance grandissante puis l’omniprésence des outils de communication qui aboutit à cette hyper connexion grâce au WIFI. Il prend également conscience de son caractère invasif avec l’arrivée des smartphones. Lassé du WIFI et de ses effets, il a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure en cohérence avec son expérience. Participer au développement d’une nouvelle technologie plus performante mais aussi moins envahissante et plus écologique : le Li-Fi (ou Light Fidelity), 30 ans après, avec la même énergie et la même volonté, il souhaite désormais mettre la technologie au service du monde pour le meilleur.

    http://www.lucibel.io

     

    Solène Espitalie

    Cultivons le champ des possibles.

    Fille unique, Solène accompagnait régulièrement sa mère, institutrice spécialisée, à l’hôpital. Elle passait ainsi ses temps libres auprès d’enfants et de jeunes adultes handicapés, malades, venus des quatre coins du monde. Leurs jeux et échanges d’enfants étaient simples et joyeux.
    Cette expérience lui offrit la chance de se construire auprès de personnes admirables, généreuses, persévérantes, pleines de vie et d’espoir et très débrouillardes. Lors de ses études d’ingénieur en agriculture, elle part travailler quelques mois au Kenya. Et ce voyage changera à jamais sa vision du monde.

    De retour en France, elle est convaincue que d’autres modèles sont possibles : changer les codes, dépasser les préjugés, s’enrichir mutuellement de nos différences, et préserver nos plus belles ressources : hommes et Terre, voici les credos qui l’animent au quotidien. En 2008, avec quelques agriculteurs et différents partenaires, elle participe à la création d’une structure innovante employant des personnes en situation de handicap en milieu ordinaire : SOLID’AGRI. Ils vont ainsi de ferme en ferme réaliser des prestations agricoles.
    Jour après jour, ils cultivent l’empowerment, la gouvernance participative, l’autonomie et la bienveillance. Et c’est tout naturellement que dès 2014, l’équipe se lance dans la création d’une structure pour lutter contre le gaspillage alimentaire : la SAS ESS les Jardins de Solène. Récupérant directement chez les agriculteurs les fruits et légumes déclassés, ils les valorisent et proposent ainsi aux restaurants collectifs des produits frais, locaux, de saison, prêts à cuisiner ! Même au plus près de la terre, innovation de rupture, intelligence collective, bienveillance et optimisme font recette. Le champ des possibles est donc bien vaste et reste encore à explorer!

    http://www.solidagri.com

    Michel Féraud

    La troisième voie.
    Quand les recettes de nos grands-mères deviennent des médicaments

    Michel Feraud est né à Marseille, le 21 décembre 1967. Toute sa scolarité, il fréquente l’école de la République, d’abord au lycée Saint-Charles de Marseille, puis au sein de la faculté des sciences de Saint-Jérôme.
    Après plusieurs années plus festives que studieuses, Michel décroche une bourse au mérite et obtient son doctorat en Chimie Organique.
    Une seule certitude à la fin de sa scolarité : il allait créer quelque chose, mais quoi ? Partant de « zéro », il fonde son entreprise en 1998. A l’issue de dix ans de prestations de services, il transforme sa société, PROVEPHARM Life Solutions, en groupe pharmaceutique international indépendant. S’appuyant sur une expertise en chimie fine et en revitalisation des molécules, le groupe développe, commercialise et distribue aujourd’hui ses propres principes actifs, dans 25 pays du monde, par le biais d’Autorisations de Mise sur le Marché. De nouveaux développements sont actuellement en cours.
    https://www.provepharm.com

     

    Yves Ubelmann

    Le patrimoine, un pont entre passé et futur.

    Yves Ubelmann est architecte de formation, et a reçu son diplôme de l’école d’architecture de Versailles en 2006.
    De 2006 à 2010, il a travaillé comme architecte indépendant en Syrie, Iran, Afghanistan, au Pakistan, pour le relevé, l’étude et l’interprétation de sites archéologiques. Dans ce cadre, il a développé depuis 2009 une nouvelle approche de la photogrammétrie pour le relevé des sites archéologiques.
    De 2010 à 2011, il a travaillé comme ingénieur spécialisé au joint center Microsoft Research - INRIA, avec le département d’informatique de l’ENS (Ecole Normale Supérieure), pour développer et utiliser des méthodes de numérisations 3D basées sur des algorithmes de reconstruction photogrammétrique récents. Il fonde en 2013 la startup Iconem, spécialisée dans la numérisation de sites archéologiques et patrimoniaux menacés, et aujourd’hui active dans 21 pays.
    En associant plusieurs techniques de numérisation 3D et l’utilisation de drones, Iconem produit des doubles numériques ultraréalistes de sites dans le monde entier (La tour Saint Jacques à Paris, Pompéi en Italie, l’ile de Délos en Grèce, Mes Aynak en Afghanistan, Palmyre en Syrie,…). Ces missions sont réalisées pour le compte de grands musées (Musée du Louvre, RMN-Grand Palais, National Museum of Singapore), d’institutions internationales (UNESCO, Banque Mondiale, UNOSAT), d’archéologues (Ecole Française d’Athènes, Casa de Velàzaquez, SFDAS…) ou de gouvernements et collectivités territoriales (Mairie de Paris, Institut Français de Birmanie, Communauté de Communes de Beaucaire…).
    http://iconem.com/fr

    Audrey Vermeulen

    Libre d’être humain à l’heure de l’intelligence artificielle.

    Audrey est à la fois une entrepreneuse engagée, une designer un peu espiègle et une curieuse incurable. Fondatrice et dirigeante de l’agence ARCANDY en A.I. -Architecture d’intérieur- et Design en 2012, spécialisée en rénovation écologique, autonomie de la personne ; Audrey est aujourd’hui, Co-fondatrice du LICA, le Laboratoire d’intelligence Collective et Artificielle, une “ONG-up” à Marseille. Depuis 2017, Le LICA accompagne citoyens et organisations dans leur transitions digitales et organisationnelles et porte des projets de R&D qui allient technologies émergentes et technologies humaines au service du bien commun. Tombée en amour pour l’Art Nouveau et l’architecture très jeune, elle choisira le Design comme seul domaine pouvant réunir à la fois ses intérêts pour la technique, les sciences formelles et humaines et son besoin d’imaginer et concevoir.
    Intermittente du Handicap, elle expérimente au cours de sa vie l’infirmité sous différentes formes par le biais d’un syndrome d’Ehlers Danlos. Dans ce contexte particulier, enrichi d’expériences de vie fortes, Audrey a fait le vœux d’avancer dans plus de connaissance de soi et de Liberté. Cette démarche la conduit à transmettre l’agence ARCANDY à son équipe pour expérimenter l’économie du Don.
    Devenue « Freeworker » et vulgarisatrice en IA, elle développe aujourd’hui un axe de réflexion transversal entre le design, les technologies telles que l’IA, la blockchain ou les neurotechnologies et les sciences collaboratives.
    lica-europe.org / audrey---v.com

    Briac

    Briac a été successivement réalisateur, clerc d’huissier, journaliste people, journaliste sportif...En 2014 il est monté sur scène pour faire du stand-up et n’en est jamais redescendu.
    Cette forme de comédie lui permet de lier toutes ses passions en une seule. Il a créé et animé pour la télévision l’émission What The F*ck sur Enorme Tv ainsi que Soirée Pizza.
    Très investi dans les nouvelles technologies, il est rédacteur en chef d’une chaine de télévision spécialisée dans l’e-sport.
    Toujours à la recherche de ce qui fera rire demain, de l’humour du futur, il croit fort que la comédie peut être pertinente, innovante et inspirante.

  • Retour sur les speakers 2017

    Femmes et Hommes de Marseille

    Une nouvelle théorie du développement du cerveau pour traiter l’autisme

    Physiologiste et biophysicien, Yehezkel Ben-Ari a fait des découvertes majeures sur les étapes du développement cérébral et sur différentes pathologies dont notamment les épilepsies infantiles. Il a, avec ses collaborateurs à l’INMED, décrit les séquences maturatives des neurones et des réseaux neuronaux et a, en particulier, découvert une des séquences les plus étudiées depuis : la maturation des courants inhibiteurs qui au départ excitent, séquence qui a été préservée au cours de l’évolution. Son équipe a aussi montré les altérations qui interviennent pendant la naissance et leur rôle dans l’émergence de l’autisme et d’autres maladies cérébrales. Il a dirigé une unité INSERM pendant plus de 20 ans, a créé l’Institut de Neurobiologie de la Méditerranée (INMED) et l’a dirigé depuis sa création jusqu’en 2009. Ses découvertes sur les possibilités de traitement de certaines maladies neurologiques et psychiatriques l’ont amené à créer deux jeunes sociétés innovantes : Neurochlore et B&A Therapeutics. Dans ce cadre, il se consacre à présent à de nombreux essais cliniques et à des projets de recherche fondamentale destinés à déterminer si la naissance est une période critique dans l’émergence de maladies neurologiques et psychiatriques. Yehezkel Ben-Ari est l’auteur de plus de 500 publications scientifiques et figure parmi les 100 neuroscientifiques les plus cités. Il a reçu de nombreuses distinctions dont le prix biomédical 2009 de l’INSERM, le prix du FNRS belge, le grand prix des Fondations américaines et européennes pour l’épilepsie.

    Plus d’informations sur le blog de Yehezkel Ben-Ari : http://leblogdebenari.com ou sur le site de Neurochlore : http://www.neurochlore.fr

    Le handicap : vers un nouveau modèle : offrir l’inclusion plutôt que l’insertion

    Jean-Marc ELBHAR, 58 ans, est Président de l’Association DACOR (Développement des Apprentissages des Compétences et des Réalisations) qui œuvre pour améliorer la vie des personnes atteintes de handicap mental. L’animation d’après-midis puis d’ateliers de création artistique, dont il a instauré la mise en place depuis quelques années, lui a inspiré un projet un peu fou : la production du spectacle DACOR Show. Artistes, professionnels du spectacle, et personnes handicapées ont participé à l’organisation et la représentation de ce spectacle musical, le 25 février 2017, devant un public de 300 spectateurs. Cette aventure a permis de révéler et développer les talents artistiques et techniques de jeunes adultes accueillis dans des Etablissements d’accueil spécialisés et leur a offert la possibilité de vivre l’expérience d’un moment « sans différence ». Pour cet homme de cœur, père adoptif d’une jeune femme avec handicap mental, cette expérience n’est que la première pierre d’un projet plus large d’intégration sociale et professionnelle des personnes avec handicap mental pour une société plus ouverte et plus inclusive.

    À la recherche de nouveaux mondes

    Jean-luc Gach est ingénieur né en 1971. Il passe son enfance à Apt dans le Vaucluse et est très tôt passionné d’astronomie qu’il pratique en tant qu’amateur. Il poursuit des études d’ingénieur en électronique à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (INSA), formation complétée par un Diplôme d’Etudes Approfondies en « imagerie en sciences de l’univers » à l’Université de Nice. Il intègre en 1995 l’Observatoire de Marseille en tant qu’ingénieur. Là il développe des instruments et caméras pour les astronomes qui sont utilisés dans le monde entier. En 2009 il est élu ingénieur de l’année « pour la science » par le magazine l’Usine Nouvelle. En 2011 il crée la société First Light Imaging qui valorise ses travaux de recherche et commercialise des caméras scientifiques aux performances inédites. En 2014 le CNRS lui décerne la Médaille de Cristal pour ses travaux, l’une des plus hautes distinctions de la recherche Française.

    La chimie de la nature, thérapie contre le cancer

    Frédéric Gault est né à Nantes le 9 Décembre 1977, dans une famille modeste de la classe moyenne. Très jeune, il s’est intéressé à la nature et a élevé différentes espèces animales, allant des oiseaux aux animaux aquatiques trouvés dans les ruisseaux de Bretagne. Vers l’âge de 6 ans, il apprit de son père la chasse et la pêche dans le plus grand respect des ressources naturelles. Plus âgé, son père l’initia à la plongée et à la chasse sous-marine. Il fût immédiatement passionné par ce nouvel univers auquel il ne cessa jamais de s’intéresser. Après des études scientifiques en « Sciences de la Vie », Frédéric s’est finalement réorienté vers des hautes études en aquaculture. Il est aujourd’hui ingénieur en aquaculture, spécialisé dans la culture des coraux tropicaux. A ce jour, il dirige la société de Biotechnologie CORAL BIOME qu’il a créé avec Yvan Pérez en Mars 2011 et qui est implantée sur le campus scientifique de Luminy, à Marseille.

    L’espoir est dans le placard

    Après une carrière dans le marketing à l’international, passionnée par les voyages et les rencontres, Caroline Gloton Jammet se consacre à l’élaboration de projets engagés. Sa contribution à la mise en place de filières agricoles et ses actions de marketing et de commercialisation d’épices auprès de l’industrie et de la distribution agroalimentaire sont des expériences fondatrices pour comprendre l’impact de notre consommation sur la vie de centaines de familles. Désireuse de partager ses apprentissages et engagée dans des projets de sensibilisation à la consommation responsable dans la région d’Aix-en-Provence, elle crée en 2013 un espace le Café découvertes ainsi qu’une boutique en ligne www.cafedecouvertes.fr où elle propose des dégustations, des découvertes de savoir-faire, et des ateliers autour des produits qu’elle a découvert En 2015, elle décide de s’associer au réalisateur Romain de l’Ecotais pour autoproduire un voyage filmé en Inde et en Afrique : Graines d’espoir qui promeut ses idées sur la consommation responsable. A travers toutes ses actions, Caroline porte l’ambition de remettre de l’humanité, du respect dans le commerce entre des femmes et hommes du monde et de redonner à chacun le pouvoir de choisir ce qu’il consomme et le monde dans lequel il souhaite vivre.

    Liberté, égalité, ubérité

    Pascal Lorne est de ces entrepreneurs multirécidivistes qui font bouger les lignes. À 25 ans, il a co-fondé sa première entreprise Ismap, revendue très rapidement au fondateur de Nokia au début des années 2000. Même opération en 2003 avec Miyowa, pionnier des applications mobiles de messagerie instantanée, rachetée en 2012 par le leader américain de la synchronisation de carnets d’adresses. Pascal tient son appétence entrepreneuriale de son père, entrepreneur dans le bâtiment, qui lui a transmis le goût de la construction. Sa mère, à la tête d’une tribu de neuf enfants dont certains ont été adoptés, lui a appris à partager pour mieux redistribuer. Après avoir multiplié les plongeons entrepreneuriaux, il s’engage pour rendre à la société ce qu’elle lui a donné. Il choisit d’adresser le problème du chômage avec la création en 2015 de GoJob, plateforme d’intérim bienveillante qui connecte travailleurs zélés et entreprises respectueuses du savoir-faire et du savoir-être de leurs collaborateurs. « Je n’ai pas monté une entreprise pour m’en mettre plein les poches. Je l’ai fait pour changer le monde », déclare celui qui a pris la décision à 40 ans de dédier 100 % de son patrimoine à des projets à fort impact social via sa holding, Impacton.

    Une éducation bienveillante pour un monde plus humain

    Nourrie de son vécu d’enfant, de son expérience de parent, et de ses expériences professionnelles dans l’enseignement en collège, dans la formation pour adultes et dans l’accompagnement individuel, elle a choisi d’œuvrer dans le domaine de l’éducation, pour faire connaître la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg. Catherine est cofondatrice et coordinatrice de l’association Déclic-CNV & Education, qui agit à la fois sur le terrain - en accompagnant les professionnels, les structures et les parents - et au niveau institutionnel, afin que la CNV puisse faire partie de la formation initiale et continue des professionnels de l’éducation et soit accessible facilement aux parents et futurs parents.

    Les Bonimenteurs

    Jean-Marc Michelangeli (Marco) et Didier Landucci (Ducci) se sont rencontrés en 1985 sur les bancs de la Faculté de Lettres d’Aixen-Provence. Ils ont suivi des cours d’art dramatique à Marseille et ont fondé leur première structure théâtrale, Boni and Prod. Très vite, ils ont essuyé les planches de divers lieux culturels et ont enchaîné de nombreux spectacles. Pour parfaire leurs techniques, ils ont approfondi leur formation en abordant d’autres disciplines : la commedia dell’arte, le théâtre de gestes, le clown, le mime, les textes classiques, le travail devant la caméra... Ils ont joué dans des spectacles aux registres divers et variés ainsi que dans de nombreux courts-métrages. Mais, plus que des interprètes, ce sont des «touche à tout» insatiables, artistes dramatiques mais aussi fabricants d’histoires, créateurs de projets, artisans de métier !

    All Posts
    ×